Se rappeler

pieds

Mounir est un habitué du bureau du directeur. Je l’y vois souvent et parfois, on attend ensemble. Mounir parle sans arrêt, un flot sans queue ni tête, en apparence. Il a un visage d’ange, mais c’est tout.

« Moi j’matte la télé jusqu’à la nuit, j’suis le plus rapide, j’marque le plus de buts. » Il mélange un peu la fiction et la réalité, comme on dit.

« Des fois, j’confonds les gens. Et quand j’étais petit j’étais plus sage que ça. » Je lui demande comment il le sait. « C’est parce que j’ai des vidéos. Et aussi des souvenirs. Je me rappelle, mon p’tit frère il a pris une tarte direct avec les mains comme ça, bam. »

Il mime la claque. Et il arrête de parler.

La claque.