Heaven…

ginger et fred « Heaven…I’m in heaven, and my heart beats so that I can hardly speak… « 

Ce matin, je suis allée voir si c’était toujours vrai. C’était dans la mini-école où j’aime bien aller. Il y avait les grands dans la cour avec leurs valises parce qu’ils allaient partir une semaine entière. Loin des parents et avec la maîtresse.

Et chez les moins grands, tout le monde était installé sur les bancs dans un coin de la classe, à vos marques prêts, partez.  Ambiance comme au coin de la cheminée, mais autour d’un grand écran.

Ensemble avec leur maîtresse, on a regardé de la danse, des extraits. Depuis la danse serpentine des Frères Lumière jusqu’à « moi maîtresse, j’veux être Mickaël Jackson quand je serai grand. »

Cent ans balayés en se demandant si les gens d’autrefois ils étaient gris en vrai comme dans le film avec Ginger et Fred. Quelques secondes à se cacher les yeux parce que c’est dégoutant une danse d’amoureux.