C’était la première séance

Souvent on s’échange des élèves avec mes collègues. Par pour longtemps, mais pour un petit bout de journée, parce qu’on n’est pas des super héroïnes et que de temps en temps, on peut plus. On leur dit d’ailleurs, qu’on n’est pas des super-héroïnes. Et ils comprennent très bien. On se les prend sous l’aile dans nos classes respectives, pour un petit moment, et quand tout le monde s’est calmé hop, chacun repart dans sa bonne étagère. Dans mon bureau, j’étais avec un habitué.  Comme c’est le midi, normalement, c’est les animateurs qui s’occupent des enfants, mais là avec les nouveaux rythmes, on parle beaucoup de l’hyper-morcellement du temps de l’enfant…et on fait assez attention à pas trop se les passer comme si c’était des Chronopost. Sinon, c’est gênant.  C’est pour ça que là, j’étais dans mon bureau avec Christopher. Il arrêtait pas de me parler, alors je lui ai dit que je travaillais et que j’avais besoin de calme pour écrire. Il m’a demandé si j’écrivais un poème.  Presque. Tout un poème. C’était un mail à cause d’une histoire de garde et de tribunal. Christopher il m’a demandé une feuille pour dessiner, comme d’habitude. Et il a commencé à me raconter des trucs. Que là, ça y est, il était allé « quelque part ». Raconter « des trucs ». Ca fait longtemps, longtemps, qu’on en parle avec ses parents de ça. Alors, je me suis arrêtée dans mon poème. Je me suis tournée vers lui et j’ai dit que c’était plutôt bien je trouvais et je lui ai demandé, comment il trouvait ça. Et comme Christopher il est trop malin, il a rebaissé la tête, et il a dit « Ouais, pfff, j’ai fait un dessin après. Mais là, ça y est, maintenant, j’ai décidé que je travaillais à l’école ». J’ai rien dit, parce que Christopher quand il te dit un truc, souvent ça suffit, faut pas reparler après, sinon il dit plus rien… Mais après, je me suis rendue compte que j’étais déconcentrée dans mon mail, c’était un grand truc qui se passait dans sa vie et parfois, on a l’impression que ça avance lentement la vie des enfants. Surtout quand c’est pressé et que ça dure depuis longtemps. Alors, ça soulage quand ça arrive enfin.