D’un peu plus haut

Perdus dans la paperasse, on pourrait parfois se laisser abattre, pensant que à quoi bon. Sauf qu’il y a de véritables rais de lumières qui sortent de la boite mail. De ceux qu’on pourrait imprimer pour qu’ils ne soient plus perdus dans un Cloud quelconque. Les relire et les relire encore pour ce qu’ils racontent.

Dans mes trajets divers et variés, il y a une petite école, vraiment minus. Dedans, il y a Olga qui navigue avec sa classe et ses élèves, qui cette année, ont tous ou presque, une histoire pas possible. Quand elle m’écrit, c’est pour le boulot souvent, mais en plus, il y a toujours des anecdotes et des tentatives. Dans sa classe, ça danse. Je le savais déjà, parce qu’on y travaille ensemble. Mais là, c’est vraiment spécial.« Une performance en classe avec les chaises et les tables, pour danser d’un peu plus haut. » C’est ce qu’elle m’a écrit. Mais ce n’était rien à côté des images, quelques minutes tournées par une collègue. Des élèves qui dansent, qui passent d’un bureau à l’autre, qui glissent des chaises au sol, qui rampent et sautent. Des portés, des pauses, des échanges et sans doute, en plus de ce moment, une image forte de l’Enseignant, de l’Ecole et de ce qu’on peut y vivre.

Derrière les rideaux fermés, les élèves sont concentrés et il règne dans la classe une superbe gravité. Un moment hors du temps où il se passe quelque chose de très spécial.