Police

spirale S PQuand on se connait, c’est bien parce qu’on peut se permettre de se faire des blagues et de dédramatiser, ce qui n’est pas si dramatique. Depuis un moment, j’avais remarqué  que Kévin, il faisait des spirales de dingue pour les « s ». Je leur dis souvent que quand ils seront grands, ils écriront comme ils veulent mais qu’en attendant, on apprend à bien faire les lettres. Donc je lui ai demandé:

« -Et, tu vas continuer jusqu’à quand, en fait, à faire des méga spirales pour les « s »?

-Jusqu’à que j’sois un adulte. À 50 ans.

-Ah. D’accord. »